Quel masque pour une opération amiante : filtrant ou isolant ?

Image d'illustration d'un article vous aidant à choisir quel masque amiante correspond le plus à votre opération entre un masque isolant et un masque filtrant.

Après vous avoir donné nos conseils pour bien choisir vos APR, il est temps de vous aiguiller un peu plus si vous vous demandez quel type de masque amiante est à privilégier. En effet, le moment est venu de vous parler des deux grandes catégories d’appareils respiratoires :

  • Les masques filtrants ;
  • Les masques isolants.

 

A savoir que ce sont l’activité, l’empoussièrement de la zone de travail et l’environnement de travail qui déterminent votre choix d’APR.

Quel masque amiante choisir ? La différence entre filtrant et isolant

Illustration en mots croisés représentant le champ lexical du masque amiante.

Le masque amiante filtrant

Tout d’abord, les appareils filtrants sont, comme leur nom l’indique, des masques équipés de filtres. Ce sont en effet ces filtres qui retiennent les gaz ou les poussières, tout en épurant l’air respiré par le travailleur amiante. Parmi les masques filtrants, on distingue deux catégories, notamment :

  • Les appareils à pression négative ;
  • Les appareils à pression positive ou appareils à ventilation assistée.

 

A savoir que les masques amiante à pression négative sont dépourvus d’assistance mécanique. Ils sont donc uniquement munis d’un filtre. On les utilise pour des travaux de courte durée.

 

Il s’agit notamment des pièces faciales filtrantes, que l’on appelle habituellement masques jetables filtrants, type FFP3. Ce sont des masques qui sont jetés directement après l’usage. Ces masques sont interdits pour les travaux de désamiantage et tolérés en SS4, dans la limite de 15 minutes.

 

On retrouve aussi dans cette catégorie les demi-masques (qui couvrent le nez et la bouche) ou masques complets (qui recouvrent entièrement le visage). Ces derniers sont à la fois lavables et réutilisables. Attention toutefois, vous devez régulièrement changer la cartouche vissable qui contient le filtre. Ce sont d’ailleurs des éléments considérés comme des déchets amiantés. Notons que ces masques sont appropriés pour des travaux ponctuels et de faible intensité.

 

Ensuite, il existe les appareils à ventilation assistée dits à pression positive. Ils sont munis d’un ventilateur motorisé, ce qui permet d’augmenter le débit d’air respiré. Ainsi, il y a une surpression à l’intérieur du masque. C’est donc elle qui permet de chasser les polluants qui tentent de pénétrer par le joint facial. Là aussi, l’air est filtré par le filtre (la cartouche) de type P3, qu’il faudra jeter à chaque vacation.  

Le masque amiante isolant

Pour finir, parlons des masques amiante isolants. Ces derniers sont donc alimentés en air ou en gaz respirable provenant d’une source propre (c’est-à-dire non contaminée). Tout comme les appareils filtrants, il en existe deux catégories :

  • Les appareils isolants autonomes ;
  • Les appareils isolants non autonomes.

 

Pour la première catégorie, le travailleur reçoit de l’air ou de l’oxygène dans son masque grâce à une bouteille. Ces appareils ne sont pas utilisés dans notre domaine d’activité.

 

Lorsque l’opérateur porte un masque amiante isolant non autonome, il reçoit l’air propre depuis l’extérieur du local via un tuyau relié à un point fixe. Le point en question est alors un appareil à adduction d’air comprimé. On dit que ce masque est isolant dans la mesure où l’air respiré vient de l’extérieur : l’opérateur est alors isolé de la source de pollution.

 

Cela nécessite de mettre en œuvre un réseau d’air respirable composé de tuyaux, flexibles et équipements de distribution et distributeur permettant d’acheminer l’air comprimé respirable depuis le moyen d’approvisionnement jusqu’aux éléments de raccordement.

 

Il faudra être vigilant à concevoir l’installation de façon à permettre le raccordement du masque amiante en tout point de la zone de travail. Le travailleur n’est donc pas libre de se déplacer dans sa zone de travail. Il faut également veiller à la qualité de l’air respirable fourni.

Quel masque amiante choisir ? Le masque amiante filtrant ou isolant ?

Comme nous l’avons précédemment évoqué, ce sont l’activité, l’empoussièrement de la zone de travail et l’environnement de travail qui vont permettre de choisir votre APR. D’ailleurs, vous trouverez ci-dessous un schéma présentant les éléments les plus importants concernant le choix de votre masque amiante.

Tableau récapitulatif de l'article vous aidant à savoir quel masque amiante choisir (filtrant ou isolant).

A noter aussi que chacun de ces masques dispose d’un FPA (Facteur de Protection Assignée) différent. Par conséquent, en fonction de l’empoussièrement estimé, il sera préconisé de choisir tel ou tel masque.

 

La DGT a précisé dans l’instruction du 16 octobre 2015 le choix des APR en fonction de l’empoussièrement permettant de respecter la VLEP à 10F/L.

D'après l'instruction de la DGT du 16 octobre 2015.

Pour finir, n’oublions pas que, quel que soit le masque amiante choisi, vous devez vous protéger au mieux. Ainsi, n’oubliez pas de vérifier que votre APR mentionne les informations suivantes :

  • Le nom du fabricant ;
  • La marque CE ;
  • La classe d’efficacité ;
  • Le numéro et l’année de la norme correspondant au type d’appareil.

Nos derniers articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *